Arme thermobarique

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir HIT, FAE et FAX.

Tir d'un fuel air explosive de l'US Navy contre un navire cible, l'USS McNulty (en), en 1972.

Une arme thermobarique est une arme de type conventionnel, explosive, qui combine des effets thermiques, d’onde de choc et de dépression.

On appelle aussi ce type d’arme, des armes thermobariques à surpression (« high-impulse thermobaric weapons », « HITs » en anglais), des explosifs carburant-air (« fuel-air explosives », « FAE » ou « FAX »), des bombes aérosols ou des bombes à vide.

Terminologie

Le terme « thermobarique » vient des mots grecs θερμός (thermós), « chaleur »[1], et βαρύς (barús), « lourd », ce dernier prenant le sens de « pression » ou « pesanteur » dans les mots savants[2]. Ces deux racines font appel aux deux principaux effets produits par cette bombe.

La racine grecque βαρύς donne le plus souvent le préfixe bary- en français pour construire des mots tels que « barycentre » et « barymétrie »[2],[3].

Il n'y a pour l'instant aucune référence lexicographique pour les adjectifs « thermobarique »[4],[5],[6],[7],[8] et « thermobaryque »[9],[10],[11],[12],[13]. Cependant, l'usage[14],[15],[16],[17] penche pour l'orthographe « thermobarique ».

Principe de fonctionnement

Les armes thermobariques contiennent un réservoir de liquide combustible volatil (ou une fine poudre explosive ou de la poudre métallique) et deux charges explosives.

Après le tir ou la mise à feu, la première explosion (ou un dispositif de dispersion quelconque) ouvre le réservoir à une altitude déterminée et en disperse le contenu (le plus souvent un carburant, d'où le nom de Fuel-Air explosive) dans un nuage qui se mêle à l’air ambiant. La deuxième charge amorce l'explosion de ce mélange produisant une surpression 1,5 à 2 fois plus puissante qu'une bombe conventionnelle. Immédiatement après l'explosion, a lieu une dépression de l'air produisant un effet de souffle inversé[18].

Effets et situations d'utilisation

Depuis les années 2000, on les utilise comme armes tactiques de bas niveau (section et groupe de combat) et elles remplacent les lance-flammes. Montées sur un lance-roquettes, elles permettent notamment par un tir à l’entrée d’un abri, mais aussi d'un bâtiment ou de fortifications, de tuer des hommes même loin en profondeur, grâce aux deux explosions induisant la surpression puis la dépression successives dont l'effet est particulièrement favorisé dans des espaces clos. Elles sont efficaces contre des abris défendus par des sacs de sable ou des individus équipés de gilets pare-balles, ou encore contre des personnes abritées dans des véhicules blindés.

Par ailleurs, les armées américaines envisagent l'utilisation d'armes thermobariques pour la destruction de bâtiments de production ou de stockage d'armes NRBC tout en retenant les substances NRBC à l'intérieur des bâtiments ou en les détruisant par la chaleur[19].

Historique

La Luftwaffe procéda aux premiers essais en 1943-1944[réf. souhaitée].

Le , un accident dans une usine chimique à Ludwigshafen (nuage de méthoxyméthane à la suite d'une fuite sur un wagon-citerne suivie d'une explosion) montre l'effet dévastateur que peut avoir le procédé.

L’OTAN les a introduits dans sa doctrine dans les années 1970, sous le nom de FAE (fuel-air explosives), en les destinant à une utilisation contre des concentrations de véhicules ennemis.

Israël a été accusé à une occasion d'avoir utilisé ce type d'armes pendant le siège de Beyrouth en , lors de la destruction de bâtiments civils près du jardin de Sanayeh. Le chef d'état-major israélien, Rafael Eitan, ainsi que le Pentagone, ont ensuite démenti l'existence de « bombes à vide ». Une commission d'enquête internationale n'a pas conclu quant à la nature de l'arme utilisée mais a considéré que ce bombardement ayant causé de lourdes pertes civiles violait le principe juridique international de proportionnalité[20].

La Russie a testé en la plus puissante bombe de cette catégorie surnommée, le « père de toutes les bombes » d'une puissance équivalente à 44 tonnes de TNT. Cette arme de destruction massive utilise 7 tonnes d'explosif et fait appel aux nanotechnologies pour disperser un nuage de carburant dans un rayon de 300 mètres[21].

Simples à fabriquer pour un État, d’une mise en œuvre aisée, elles se diffusent de plus en plus. Les forces du pacte de Varsovie en possédaient. Par ailleurs, les pays comme la Russie et la Chine en vendent.

Durant la guerre civile en Syrie, lors de combats autour de Palmyre, l'armée syrienne préfère l'utilisation d'armes thermobariques, qui font moins de dégâts aux bâtiments, notamment antiques, que les munitions classiques[22].

L'ambassadrice d’Ukraine aux États-Unis a accusé l'armée russe d'utiliser des armes thermobariques au cours de son invasion de l'Ukraine en 2022[23]. Le ministère de la Défense du Royaume-Uni a annoncé le que l'armée russe a utilisé le lance-roquettes multiples TOS-1A à projectiles thermobariques en Ukraine[24].

Dans le monde

Espagne

À partir de 1983, un programme de recherche militaire est développé en Espagne avec la collaboration du ministère de la Défense, particulièrement la direction générale de l'Armement et du Matériel, ainsi que les sociétés « Explosivos Alaveses » et « Explosivos Río Tinto » (ERT), dans le but de développer la BEAC (bombe carburant-air)[25].

Le ministre de la Défense, Narcís Serra (en 1990) n'a pas exclu que l'Espagne puisse disposer d'une bombe air-carburant explosive (BEAC). Selon les informations journalistiques[26], les prototypes développés auraient été testés dans une zone désertique d'un pays tiers (au Chili) et actuellement l'armée de l'air espagnole aurait des unités de la BEAC. Cependant, il n'y a eu ni confirmation officielle ni démenti à cet égard.

Législation internationale

Les armes thermobariques ne sont pas interdites par les conventions internationales. Cependant en 2007, Hervé Morin, ministre de la Défense français, indique que l'utilisation d'armes thermobariques « nécessite la mise en œuvre de vecteurs particulièrement précis afin de respecter les principes fondamentaux du droit des conflits armés », en particulier ceux des conventions de Genève[27].

Armes munies d’explosifs thermobariques

RPO-A Shmel (roquette et lanceur).
  • Le RPO-A Shmel (URSS/Russie)
  • La grenade de 40 mm XM1060[28]
  • Le missile à guidage laser semi-actif AGM-114N Hellfire II (US Army)[29]
  • La bombe BLU-118 variantes de la bombe BLU-109 (US Army)
  • Le TOS-1 « Buratino » (Russie)
  • Le TOS-2 Tossotchka (Russie)
  • La roquette TBG-7 pour lanceur RPG-7 (Russie)
  • La roquette 9M55S du lance-roquettes multiple BM-30 Smerch (Russie)
  • Le père de toutes les bombes (Russie).

Notes et références

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « thermo- » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « bary- » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  3. Picoche Jacqueline, Dictionnaire étymologique du français., vol. 1 (A-N), Paris, Robert, coll. « Les usuels du Robert », , 827 p. (ISBN 2-85036-009-0)
  4. Éditions Larousse, « Recherche de l'entrée "thermobarique" », sur larousse.fr (consulté le )
  5. Dictionnaires Le Robert, « Recherche de l'entrée "thermobarique" », sur lerobert.com (consulté le )
  6. Encyclopædia Universalis, « Recherche de l'entrée "thermobarique" », sur universalis.fr (consulté le )
  7. Encyclopédie Larousse en ligne, « Recherche de l'entrée "thermobarique" », sur larousse.fr (consulté le )
  8. Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), « Recherche de l'entrée "thermobarique" », sur cnrtl.fr (consulté le )
  9. Éditions Larousse, « Recherche de l'entrée "thermobaryque" », sur larousse.fr (consulté le )
  10. Dictionnaires Le Robert, « Recherche de l'entrée "thermobaryque" », sur lerobert.com (consulté le )
  11. Encyclopædia Universalis, « Recherche de l'entrée "thermobaryque" », sur universalis.fr (consulté le )
  12. Encyclopédie Larousse en ligne, « Recherche de l'entrée "thermobaryque" », sur larousse.fr (consulté le )
  13. Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), « Recherche de l'entrée "thermobaryque" », sur cnrtl.fr (consulté le )
  14. Le Monde avec AP et AFP, « Moscou a testé une bombe à effet de souffle, "la plus puissante du monde" », sur lemonde.fr, (consulté le )
  15. Alexandre Horn, « La Russie a-t-elle reconnu avoir utilisé des armes thermobariques en Ukraine? », sur liberation.fr, (consulté le )
  16. Étienne Jacob et AFP, AP, Reuters Agences, « La «mère de toutes les bombes» fait au moins 36 morts en Afghanistan », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  17. Roger Prud’homme, « Le feu des armes. Thermodynamique des interfaces et mécanique des fluides », sur hal.archives-ouvertes.fr, ISTE OpenScience, (DOI 10.21494/ISTE.OP.2021.0681, consulté le )
  18. « Les armes à surpression thermobarique », sur histoirenondite.wordpress.com (Histoire non dite), (consulté le )
  19. (en) « Thermobaric Explosive », sur globalsecurity.org (consulté le ).
  20. (en) Seán MacBride et al., Israel in Lebanon : The Report of the International Commission to enquire into reported violations of International Law by Israel during its invasion of the Lebanon, Londres, Ithaca Press, (ISBN 0-903729-96-2, lire en ligne Inscription nécessaire), p. 86-87
  21. « Moscou a testé une bombe à effet de souffle, « la plus puissante du monde » », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  22. (en) Leith Fadel, « Breaking: Syrian Army storms the Palmyra Castle » [« L'armée syrienne attaque le château de Palmyre »] [archive du ], sur almasdarnews.com, (consulté le ).
  23. Joël Carassio, « Ukraine. Poutine accusé de recourir au terrible "père de toutes les bombes" et d'autres armes interdites », sur bienpublic.com, (consulté le ) : « 
    Ultrapuissante et controversée, la "bombe à vide", ou "bombe thermobarique", avait déjà été utilisée par la Russie en Syrie, notamment. Cette bombe dévastatrice, aux effets comparables à l'explosion d'AZF en 2001 - est la plus puissante arme non nucléaire au monde. »
  24. (en) Ministère de la Défense du Royaume-Uni, « The Russian MoD has confirmed the use of the TOS-1A weapon system in Ukraine [...] » [« Le ministère de la Défense russe a confirmé l'usage du système d'arme TOS-1A en Ukraine… »], sur twitter.com, (consulté le ).
  25. (es) « Serra no descarta que España tenga bombas de aire-combustible » [« Le ministre de la Défense Narcís Serra n'exclut pas que l'Espagne possède des bombes carburant-air »], sur elpais.com, El País, (ISSN 1134-6582, consulté le )
  26. (es) F. Gallego, « ABC MADRID du 22 octobre 1990 - page 23 - Archives du quotidien ABC - Pilotos españoles probaron la Superbomba Aire-Combustible en un país extranjero » [« Des pilotes espagnols ont testé la super-bombe carburant-air dans un pays étranger »] [jpg], sur abc.es/archivo/periodicos, (consulté le )
  27. « Utilisation et statut des armes thermobariques - Question écrite n° 01984 de M. Michel Moreigne (Creuse - SOC) publiée dans le JO Sénat du 27/09/2007 - page 1692 », sur senat.fr (consulté le )
  28. (en) « XM1060 40mm Thermobaric Grenade », sur globalsecurity.org (consulté le ).
  29. (en) « HELLFIRE Thermobaric Warhead Approved for Production », sur lockheedmartin.com, (consulté le )

Annexes

Bibliographie

  • Défense et Sécurité internationale (DSI) no 11, janvier 2006, page 10.
  • (en) David Andrew, « Thermobaric munitions and their medical effects », Australian Military Medicine, vol. 12, no 1,‎ , p. 9-12 (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes

  • Les armes à surpression thermobarique, sur silverhive.com.
  • icône décorative Portail des armes